La révolution des énergies renouvelables

Le secteur des énergies renouvelables connaît une transformation en profondeur, permettant aux investisseurs d’envisager un avenir sans aide publique. Paul Flood, de Newton, analyse l’impact positif potentiel sur les investissements en 2018 de la baisse des coûts dans l’éolien et le solaire.

INV01039 010 Paul Flood Renewables Image 764X506

La transition vers les énergies vertes s’accélère, et 2018 devrait offrir de nouvelles opportunités d’investissement alors que l’innovation technologique et la chute des coûts renforcent la dynamique de changement.

Ce qui avait commencé comme un processus subventionné par les autorités publiques en vue de décarboner le secteur de l’énergie est en train de se muer en un changement de fond soutenu par l’économie et les dépenses d’investissement. Alors que le coût des technologies propres reste orienté à la baisse, nous anticipons pour les 12 prochains mois une accélération de l’investissement, autant dans les économies développées qu’au sein des pays émergents à forte croissance.

Dans ce contexte, étant donné la capacité des énergies renouvelables à fournir ce que nous considérons comme des flux de revenus stables et durables, ces actifs constitueront sans doute une source attrayante de dividendes et de performance totale.

Croissance mondiale

La rapidité de la transition mondiale vers les énergies propres a pris de court même les experts. Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie1, près des deux tiers de la capacité énergétique nette ajoutée à travers le monde en 2016 sont des énergies renouvelables, les 126 gigawatts du solaire et de l’éolien éclipsant les 86 gigawatts du charbon et du gaz.

T6399 Demand Response And Batteries 764X334 01 (1)

Ainsi, la croissance mondiale des capacités dans l’énergie solaire a pour la première fois dépassé celle des centrales au charbon de nouvelle génération. Cependant, ce tournant pourrait être rapidement supplanté.D’après les anticipations de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), la part des énergies renouvelables représentera trois quarts des 10 200 mds USD d’investissements mondiaux dans les nouvelles technologies de production d’énergie d’ici 2040.2

Les investisseurs basés dans des pays tel que les États-Unis ou le Royaume-Uni, où les subventions gouvernementales sont réduites et le changement climatique reste encore largement contesté par des responsables politiques de premier plan, semblent sous-estimer la profonde transformation à l’œuvre. En effet, l’année écoulée restera essentiellement marquée par la décision de l’administration Trump sur l’Accord de Paris.

Cependant, même un climato-sceptique à la Maison-Blanche et les réductions des aides publiques ont peu de chances de freiner la dynamique qui sous-tend la transition énergétique, aussi bien dans les pays développés qu’émergents.

Coûts en baisse

Il y a tout juste 10 ans, les coûts de production étaient tels que les prévisions d’une transition d’un monde alimenté au charbon, au gaz et au pétrole vers un environnement où les énergies solaire et éolienne domineraient aurait sans aucun doute rencontré un certain scepticisme, voire des moqueries. Désormais, la situation a bien changé, grâce notamment à la chute rapide des coûts de production d’énergie solaire et éolienne.

Les prix des panneaux solaires photovoltaïques ont baissé de 90% depuis 1990. D’après BNEF, les énergies éolienne et solaire seront moins chères que l’énergie à base de charbon dans de nombreux pays d’ici 5 ans, et pourraient fournir jusqu’à un tiers de l’électricité mondiale d’ici 25 ans.3

Certains investisseurs ont regretté les coupes gouvernementales mises en place ces dernières années sur des marchés clés comme le Royaume-Uni. Cependant, lorsque des réductions de subventions sont décidées, elles sont généralement soigneusement calibrées.

Au Royaume-Uni, par exemple, les projets déjà subventionnés le resteront pour toute la durée de vie du contrat, soit généralement 20 à 25 ans. La moitié des flux de revenus sont toujours garantis par les aides gouvernementales. Ils sont donc fixes et indexés à l’inflation.

La Révolution Des Énergies Renouvelables T6399 Three Countries 764X334

Il convient également de rappeler que ces baisses de subventions sont annonciatrices d’un secteur en voie de maturation. Les projets dans les énergies renouvelables nécessitent désormais moins d’aides financières du gouvernement.

Avec ou sans subventions, les prix de l’énergie solaire peuvent maintenant concurrencer les autres technologies de production d’énergie dans de nombreux pays. En 2017, Dong Energy a annoncé la construction de deux fermes éoliennes offshore en mer du Nord allemande sans aucune subvention gouvernementale, en s’appuyant uniquement sur les prix du marché.4

Gains d’efficacité

Les technologies liées aux énergies renouvelables deviennent de moins en moins chères et de plus en plus efficaces. En 2006, la turbine éolienne onshore moyenne avait un rotor de 70 mètres de diamètre et une capacité de 1,5MW. En 2016, le diamètre moyen avait grimpé à 104 mètres, tandis que la capacité moyenne atteignait 2,4MW.5

Les constructeurs travaillent à un doublement de la capacité des turbines actuelles, déjà dotées d’ailes dont l’envergure dépasse celle des plus importants gros-porteurs. De récents contrats remportés par des promoteurs allemands et danois pour la fourniture d’électricité de fermes éoliennes offshore au prix du marché prennent en compte une disponibilité des nouvelles turbines d’ici 2025.6

Des sommes gigantesques sont également dépensées en recherche et développement dans le secteur des batteries, et ces progrès seront cruciaux pour renforcer l’adoption des énergies vertes.

Le coût de stockage de l’énergie dans des batteries, qui freinait auparavant le recours aux énergies renouvelables, a rapidement chuté avec la hausse de production de batteries visant à répondre à la demande croissante pour les voitures électriques. Selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, les coûts installés des systèmes de stockage sur batteries pourraient baisser de 50% à 66% d’ici 2030.7

Les marchés émergents

À mesure de la chute des coûts de production, les pays émergents à forte croissance se sont joints à la révolution des énergies renouvelables. Les pays développés ont longtemps été leaders de la production d’énergies renouvelables, mais les marchés émergents devraient les dépasser en 2018 en termes de capacité de génération d’énergies solaire et éolienne.8

La Chine, premier investisseur dans les énergies renouvelables au monde, est très désireuse d’être à la pointe des capacités d’ingénierie et des technologies liées aux énergies renouvelables. D’autres pays émergents suivent cet exemple, leurs gouvernements adoptant une approche plus agressive dans les énergies renouvelables.

L’Inde, par exemple, s’est engagée à approvisionner en électricité l’ensemble de sa population d’ici 2018. Environ 30% des Indiens n’ayant pas accès à l’électricité, cet objectif nous semble inaccessible. Toutefois, le solaire et les énergies renouvelables devraient jouer un rôle significatif dans cet objectif ambitieux.

Ce que nous réserve l’avenir

Sur le plan géographique, nous pensons que les marchés développés aussi bien qu’émergents disposent d’énormes possibilités dans le développement continu des énergies renouvelables. Le potentiel de croissance reste important, même au sein des pays développés. Le déploiement des énergies renouvelables en Australie, par exemple, en est encore à ses balbutiements.

Aux États-Unis, certains redoutent que la position de D. Trump sur le changement climatique freine l’innovation américaine dans les technologies vertes. Cependant, la grande majorité des décisions sont prises par les États, dont un certain nombre, y compris le très pétrolier Texas, se sont résolument engagés en faveur des énergies renouvelables.

Support de valorisation

Bien entendu, plusieurs défis restent à relever. L’intérêt essentiel des actifs d’énergies renouvelables réside dans la stabilité des cash-flows, la faible sensibilité au cycle économique et le lien à l’inflation : autant de caractéristiques attrayantes pour les investisseurs de long terme en quête d’un flux de revenus régulier et désireux de protéger leurs actifs des ravages de l’inflation.

À mesure que les subventions fixes et indexées à l’inflation feront place à des adjudications compétitives, les revenus deviendront plus dépendants des prix de l’énergie et leur volatilité pourrait augmenter. L’analyse des flux de revenus futurs exigera alors une plus grande rigueur.

Cependant, la menace ne doit pas être surestimée. Dans la mesure où il est peu probable que les prix de l’électricité varient grandement au cours du temps, les flux de revenus devraient rester relativement stables comparés à ceux des autres actifs. On pourrait même assister à l’émergence d’accords « d’écoulement », dans lesquels de grands groupes rempliraient leurs engagements en faveur des énergies renouvelables en signant des contrats à long terme avec les fournisseurs. Une telle approche permettrait de garantir les prix perçus pour la fourniture d’énergie et offrirait un support de valorisation pour les actifs d’énergies renouvelables.

T6418 Un Nouveau Climat Thumb

1. Financial Times ‘Growth in solar capacity eclipses new coal-fired generation’(La croissance des capacités dans le solaire éclipse les nouvelles centrales au charbon), 4 octobre 2017.
2. Bloomberg New Energy Finance: ‘New Energy Outlook 2017’ (Perspectives des nouvelles énergies 2017).
3. Financial Times: ‘Wind and solar expected to supply third of global power by 2040’ (L’éolien et le solaire pourraient fournir un tiers de l’électricité mondiale d’ici 2040), 15 juin 2017.
4. Financial Times: ‘Dong Energy breaks subsidy link with new offshore wind farms’ (Dong Energy se passe de subventions pour ses nouvelles fermes éoliennes offshore), 14 avril 2017.
5. Macquarie Research, septembre 2017
6. Bloomberg: ‘Gigantic Wind Turbines Signal Era of Subsidy-Free Green Power' (Des turbines éoliennes gigantesques annoncent l’ère des énergies vertes non subventionnées), 21 avril 2017.
7. International Renewable Energy Agency: Electricity Storage and Renewables: ‘Costs and Markets to 2030’ (Stockage de l’électricité et énergies renouvelables : coûts et marchés d’ici 2030), octobre 2017.
8. Financial Times: ‘Emerging markets poised to lead pack on renewable energy’ (Les marchés émergents en pole position pour les énergies renouvelables), 25 septembre 2017.

Le contenu ne représente pas une recommandation d'investissement. Informations Importantes